Mamour Diallo, Dg l’Onas : « Les questions d’assainissement sont érigés en priorités en terme de politiques publiques »

0 548

Venu présider l’atelier de renforcement des capacités des journalistes et techniciens Du Cadre de Réflexion et d’Action des Journalistes sur l’Hygiène, l’Eau et l’Assainissement (CRAJHEA) Sur la terminologie adaptée au traitement de l’information sur l’assainissement et le cadre juridique et réglementaire du secteur de l’assainissement, le Dg de l’Onas a salué les efforts du gouvernement sénégalais en matière de prise en charge précoce des questions d’inondations. Pour Mamour Diallo, les questions d’assainissement sont au centre des politiques publiques et sont érigées en priorités en termes de politiques publiques.

Pour une meilleure compréhension et un traitement adéquat des questions liées à l’assainissement, le Cadre de Réflexion et d’Action des Journalistes sur l’Hygiène, l’Eau et l’Assainissement (CRAJHEA) en partenariat avec International Budget Partnership (IBP) dans le cadre de l’exécution de la campagne de sensibilisation et de plaidoyer pour un assainissement total de la banlieue a organisé hier un atelier de capacitation des journalistes et techniciens des médias. Axé sur la terminologie adaptée au traitement de l’information sur l’assainissement et le cadre juridique et réglementaire du secteur de l’assainissement, cette formation ambitionne de doter les professionnels des médias de connaissances leur permettant de comprendre les concepts clés du secteur de l’assainissement et de maitriser les thermologies adaptées et validées. Mais aussi d’avoir une bonne connaissance du cadre réglementaire du sous-secteur de l’assainissement pour mieux informer et sensibiliser les communautés et pouvoirs publics sur les risques et enjeux de l’assainissement.

Pour le Dg de l’ONAS, ce cadre est en parfaite cohérence avec la déontologie. En ce qu’il constitue une aubaine. Selon Mamour Diallo, ces questions d’assainissement sont au centre des politiques publiques et sont érigées en priorités en termes de politiques publiques. Il estime qu’au sortir de cet atelier une bonne campagne de communication se fera et s’en suivra également une sensibilisation auprès des populations pour permettre à l’Onas de continuer à prendre en charge les préoccupations des populations. Revenant en outre sur les premières gouttes d’eau enregistrées hier à Dakar, Mamour Diallo le prend comme une alerte sur les comportements à adopter. Toutefois, il tient à rassurer que Onas a déjà pris les mesures en amont à travers les activités de curage pré hivernale. « Cette première pluie permettra à notre équipe de tester un peu le travail qui a été fait et de mesurer l’efficacité sur le terrain », dit-il.

Estimant que l’Etat a toujours été aux côtés des populations, il révèle que le Président Macky Sall a mis beaucoup de moyens dans le secteur de l’assainissement avec plus de 700 milliards investis dans le sous-secteur et qui a donné des résultats probants notamment à Pikine et dans certaines localités de Dakar. Pour ce qui est de la saison hivernale qui s’annonce le DG de L’Onas se dit confiant même s’il reconnaît qu’on ne peut pas assurer zéro. Néanmoins il reste convaincu des résultats probants sur la rédaction effective les effets des inondations dans la banlieue et des dakarois.

Pour sa part, le Président du CRAJHEA estime que les questions d’assainissement ne sont souvent pas très comprises par les professionnels des médias. Il en découle, d’après Moussa Thiam d’un traitement factuel généralement très peu étayé par des données vérifiées. « On peut citer l’exemple du fleuve Sénégal qui est menacé avec le déversement de produits dangereux pour tout l’écosystème et les consommateurs finaux sont en mal de repères pour savoir où se trouve la vérité par rapport à certains sujets. Ainsi, les citoyens ordinaires n’arrivent pas à se faire une bonne opinion et tombent dans l’amalgame et parfois même dans la violence à travers des manifestations de rue ou un discours assez violent », déclare le journaliste.

Il révèle que cette activité de renforcement des capacités des journalistes et techniciens a pour objectif de mieux les préparer à bien appréhender et maitriser les concepts clés, les thermologies et le cadre juridique de l’assainissement, afin de leur permettre de bien mener les recherches liées aux thématiques précitées et de mieux informer les pouvoirs publics et les communautés a la base. D’autant plus la population de la banlieue est généralement confrontée à des problèmes d’assainissement (inondations, déficit d’infrastructures d’assainissement etc.). Ce phénomène a des impacts négatifs sur la santé publique, l’habitat, la scolarité des enfants, le cadre de vie etc.

Une analyse de cette situation a fait comprendre que nonobstant le manque d’investissements conséquents en faveur de l’assainissement dans cette zone, il faut également pointer les mauvais comportements des populations sur les ouvrages d’assainissement qui ont été installés dans les différentes communes de la banlieue. A préciser que cette activité a réuni plus de 30 acteurs professionnels des médias, le préfet de Guédiawaye, représentants Conseil économique, social et environnemental, la Brigade nationale des Sapeurs-pompiers ,le Représentant du Service national d’Hygiène , de l’Association des Acteurs de l’Assainissement du Sénégal Représentant de l’ADM, l’AGEROUTE, Urbasen, le Représentant du forum civil Représentant de l’UCG et du POMOGED

Aïssatou Diop

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Home
Programme
Replays
Contact
error: Content is protected !!